close

septembre 2015

extraball

Au Centre culturel suisse

Cette année, Extra Ball prend ses quartiers d'automne et inaugure pendant trois jours PerformanceProcess.

Ou comment souffler les bougies du ccs avec la jeune garde de la performance suisse.

ven 18 Sep
1
18h
Ioannis Mandafounis & Aoife McAtamney, One One One (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Ioannis Mandafounis et Aoife McAtamney invitent à déroger, déranger, perturber mais aussi interroger et interpeller les spectateurs et les passants en balade. Les danseurs traduisent les émotions du public, les transforment pour les lui restituer en une enveloppe dansée. Les artistes s'approprient l'espace public en tant que terrain d'expériences et non de représentation. Pour cela, ils s'engagent physiquement et mentalement dans une action de déstabilisation du réel et se donnent la possibilité d'explorer ses limites et son rapport à la transgression.

2
18h
Florence Jung, jung40 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Preneur d'otages, contrebandière, princesse Disney, sirène, strip-teaseuse punk, conseiller financier spécialiste du marché de l'art immatériel, nail artist, vendeur clandestin… Florence Jung s'invente perpétuellement de nouveaux rôles. Tout est vrai, pourtant rien ne le prouve : ses pièces n'étant jamais visuellement documentées, elles évoluent en rumeurs, propagées au gré de ceux qui y étaient. Lors de PerformanceProcess, une action non-spectaculaire, infiltre discrètement le vernissage. Soyez vigilant, il y a toujours un déjà-vu qui trahit la matrice.

3
18h45
Darren Roshier, Tentative d'entrer dans l'histoire de la performance suisse, épisode 1 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Pour ce projet, Darren Roshier explore l'idée de différentes temporalités dans une même performance, articulée en trois actes – la préparation, la représentation, l'archive. Il s'agit pour l'artiste de créer son propre chapitre de l'histoire de la performance en Suisse et d'y entrer dans le contexte du programme PerformanceProcess.
Darren Roshier, artiste associé du far, Nyon

4
18h45
Darren Roshier, Tentative d'entrer dans l'histoire de la performance suisse, épisode 1 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50
5
19h30
Roman Signer, Zelt mit Fussballkanone (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Au-delà de ses fameuses explosions et autres destructions sous contrôle, certaines interventions de Roman Signer relèvent plutôt de « l'action » voire de la « sculpture temporelle ». Le temps et l'espace sont déterminants et chaque seconde compte dans le processus de transformation et de mutation recherché par l'artiste.

sam 19 Sep
1
14h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

2
14h45
Marius Schaffter & Jérôme Stünzi, Constructionisme (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Avec Constructionisme, Marius Schaffter et Jérôme Stünzi proposent de reprendre le pouvoir sur la construction sociale de la réalité. Avant la performance publique, ils créent des objets d'études de toutes pièces, leur donnant forme dans une perspective radicale d'Arts modestes. Le moment venu, Marius Schaffter présente, analyse et dissèque les sculptures réalisées. Méticuleux, érudit, passionné, il reconstitue le sens qui réside au fond – ou à la surface – de ces objets. Avec Constructionnisme, Marius Schaffter & Jérôme Stünzi ont été lauréats de Premio 2015, le prix d'encouragement suisse pour les arts de la scène.

3
15h
Marie-Caroline Hominal, Le Triomphe de la Renommée (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Le Triomphe de la Renommée fait partie d'un ensemble de 6 poèmes de Pétrarque (1304 – 1374) I Trionfi qui décrivent les phases de la vie en opposant les vertus dans un combat singulier : la Renommée l'emporte sur la Mort mais est vaincue par le Temps et l'Eternité. Marie-Caroline Hominal reçoit individuellement le spectateur, dans une chambre, elle y défait les artifices des codes théâtrales dans un face à face fantasmagorique et intime.

4
15h
Gisela Hochuli, In Touch with M.O. (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Gisela Hochuli fait référence dans cette performance à certaines oeuvres de Meret Oppenheim (M.O.). Elle envisage le travail de cette artiste non seulement dans sa dimension esthétique, mais également dans sa matérialité et son importance dans un contexte historique et social. A partir d'une sélection d'œuvres, elle développe un travail singulier centré sur le corps, l'étude du matériau et sa transformation. Avec In Touch with M.O., Gisela Hochuli a été lauréate du Prix suisse de la performance.

5
16h
Darren Roshier, Tentative d'entrer dans l'histoire de la performance suisse, épisode 2 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Pour ce projet, Darren Roshier explore l'idée de différentes temporalités dans une même performance, articulée en trois actes – la préparation, la représentation, l'archive. Il s'agit pour l'artiste de créer son propre chapitre de l'histoire de la performance en Suisse et d'y entrer dans le contexte du programme PerformanceProcess.
Darren Roshier, artiste associé du far, Nyon

6
17h
EW, Les Métamorphoses du cercle (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

La main gauche est dans la main droite, les pouces se touchent. Puis index, majeurs, annulaires et auriculaires se rejoignent par leurs extrémités respectives et les mains forment une sphère. Dans cette performance, premier opus d'un cycle d'événements conçu à partir de l'expérience de pensée « la chambre chinoise » imaginée par le philosophe américain John Searle, deux personnages interprètent une séquence d'opérations symboliques et enchaînent les transpositions. Le mouvement se traduit d'une forme à une autre, et c'est l'expérience des transformations du cercle dans leurs résonances qui délimite la proposition. Le groupe EW travaille sur des formes transversales qui interrogent les interactions entre corps, espaces construits et technologies.

7
18h
Anne Rochat, 3 Mat (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

19 septembre 2015, 19H45, Anne Rochat traverse le lac de Joux à la nage.
Latitude 46.6167, longitude 6,2333, altitude 1003m.
La température extérieure est de 9 degrés Celsius, la température de l'eau est de 14 degrés.
La technique de nage d'Anne Rochat est la brasse coulée.
La performer nage à une vitesse moyenne de 4 km à l'heure. La traversée du lac représente 13 km de longueur.
La performance 3MAT se déroule en temps réel sur le lac de Joux en Suisse, elle projetée en direct sur la scène du CCS. C’est un projet pluridisciplinaire qui existe telle une performance artistique in vivo et qui fait également l'objet d'un film présenté au théâtre du Spoutnik, à Genève, le 27 décembre 2015.
Création musique : Ariel Garcia, création lumière : Jonas Bühler, chef opérateur : Jérome Bourquin assistant opérateur : Jean Rochat
Remerciements à : Sarah Anthony, Fabrice Berney, Laurent Bruttin, Lydie Rochat et Michel Zurcher.

8
19h
Oscar Gómez Mata – L'Alakran, Quart d'heure de culture métaphysique (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Cette performance est la présentation d'un entraînement physique créé à partir du poème éponyme du poète roumain Ghérasim Luca. L'objectif est de situer, sans dramatisme, les notions métaphysiques contenues dans le poème (vie, mort, angoisses, vide, idées, tremblements) à travers la répétition d'exercices physiques et sonores. Le poète apporte ainsi le méta, les performers le physique. Afin de divulguer et transmettre cette méthode au plus grand nombre, Oscar Gómez Mata et Esperanza López sont accompagnés de quelques personnes adeptes de cette méthode à la fois physique et philosophique. Cette performance est la première pièce d'une collection qui fait partie d'un projet plus vaste intitulé La Conquête de l'Inutile, où il s'agit d'insister sur ce qui normalement n'est pas considéré comme important, efficace et performant.

9
20h30
Gregory Stauffer, Walking (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Dans Walking, Gregory Stauffer se dédie à la marche. Les randonnées Alpines tout comme les dérives urbaines ont été sources d'inspiration dans le travail passé de l'artiste qui travaille entre la vidéo, les arts plastiques et la performance. À présent, il fait de la marche la source d'inspiration tout comme le sujet de sa nouvelle création solo. Il examine avec un geste plein d'humour et d'ingéniosité le mécanisme qui transforme et lie l'esprit et le corps au long de randonnées. Gregory Stauffer renonce ici à un stade complexe de la mise en scène spectaculaire et se limite à quelques accessoires et costumes. Tout se réduit à l'essence de l'errance : le sol et les pieds.

dim 20 Sep
1
14h
Marie-Caroline Hominal, Le Triomphe de la Renommée (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Le Triomphe de la Renommée fait partie d'un ensemble de 6 poèmes de Pétrarque (1304 – 1374) I Trionfi qui décrivent les phases de la vie en opposant les vertus dans un combat singulier : la Renommée l'emporte sur la Mort mais est vaincue par le Temps et l'Eternité. Marie-Caroline Hominal reçoit individuellement le spectateur, dans une chambre, elle y défait les artifices des codes théâtrales dans un face à face fantasmagorique et intime.

2
15h
EW, Les Métamorphoses du cercle (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

La main gauche est dans la main droite, les pouces se touchent. Puis index, majeurs, annulaires et auriculaires se rejoignent par leurs extrémités respectives et les mains forment une sphère. Dans cette performance, premier opus d'un cycle d'événements conçu à partir de l'expérience de pensée « la chambre chinoise » imaginée par le philosophe américain John Searle, deux personnages interprètent une séquence d'opérations symboliques et enchaînent les transpositions. Le mouvement se traduit d'une forme à une autre, et c'est l'expérience des transformations du cercle dans leurs résonances qui délimite la proposition. Le groupe EW travaille sur des formes transversales qui interrogent les interactions entre corps, espaces construits et technologies.

3
15h45
Oscar Gómez Mata – L'Alakran, Quart d'heure de culture métaphysique (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Cette performance est la présentation d'un entraînement physique créé à partir du poème éponyme du poète roumain Ghérasim Luca. L'objectif est de situer, sans dramatisme, les notions métaphysiques contenues dans le poème (vie, mort, angoisses, vide, idées, tremblements) à travers la répétition d'exercices physiques et sonores. Le poète apporte ainsi le méta, les performers le physique. Afin de divulguer et transmettre cette méthode au plus grand nombre, Oscar Gómez Mata et Esperanza López sont accompagnés de quelques personnes adeptes de cette méthode à la fois physique et philosophique. Cette performance est la première pièce d'une collection qui fait partie d'un projet plus vaste intitulé La Conquête de l'Inutile, où il s'agit d'insister sur ce qui normalement n'est pas considéré comme important, efficace et performant.

4
16h30
Gisela Hochuli, In Touch with M.O. (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Gisela Hochuli fait référence dans cette performance à certaines oeuvres de Meret Oppenheim (M.O.). Elle envisage le travail de cette artiste non seulement dans sa dimension esthétique, mais également dans sa matérialité et son importance dans un contexte historique et social. A partir d'une sélection d'œuvres, elle développe un travail singulier centré sur le corps, l'étude du matériau et sa transformation. Avec In Touch with M.O., Gisela Hochuli a été lauréate du Prix suisse de la performance.

5
17h30
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

6
18h30
Darren Roshier, Tentative d'entrer dans l'histoire de la performance suisse, épisode 3 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Pour ce projet, Darren Roshier explore l'idée de différentes temporalités dans une même performance, articulée en trois actes – la préparation, la représentation, l'archive. Il s'agit pour l'artiste de créer son propre chapitre de l'histoire de la performance en Suisse et d'y entrer dans le contexte du programme PerformanceProcess.
Darren Roshier, artiste associé du far, Nyon

focus

Jean Tinguely


mar 22 Sep
2
18h
Projection en bouclecentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le Transport, extrait du film Svenska flickor i Paris, 1960, 1'32'', film, réalisation Barbo Borman
Homage to Jean Tinguely's Homage to New-York, 1960, 10', film 16 mm, réalisation Robert Breer, courtesy gb agency, Paris
Breaking it up at the Museum – Homage to New York, 1960, 7', film, réalisation Donn Alan Pennebaker
Study for an end of the world no. 2, 1962, 21'27'', film, David Brinkley's Journal, 04.04.1962, NBC, New York, réalisation Ray Marsh

3
20h
Performance (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

A Voyage to the Outer Space (création, 26')
Karen Geyer est une artiste sonore qui vit entre New York et Zurich. Elle élabore des installations à partir d'objets du quotidien (vélos, ventilateurs, bouilloires, tabourets) qu'elle transforme en instruments en les associant à des matériaux simples comme le bois, du fil, de la corde. Le hasard propre à la composition des sons donne l'impression que cet orchestre s'anime de lui-même, l'artiste ensuite mixe, filtre et amplifie le matériel qu'elle recueille via des micros. Pour ce projet, elle s'est particulièrement inspirée de Für Statik, le manifeste de Jean Tinguely lancé en 1959 au-dessus de Düsseldorf : « VIVEZ LE TEMPS PRESENT, VIVEZ SUR ET DANS LE TEMPS. POUR UNE REALITE BELLE ET ABSOLUE ! »

4
21h
table rondeCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Discussion sur la pratique de l'action chez Tinguely, à l'occasion de la parution de l'ouvrage Jean Tinguely, Torpedo Institut (éditions Patrick Frey, Zurich). 
Avec Olivier Suter (auteur du livre) et Roland Wetzel (directeur du Musée Tinguely, Bâle).

 

Du 22 au 27 septembre, l’ouvrageTorpedo Institut de Jean Tinguely est disponible au prix de lancement de 45€ à la librairie du CCS.

mer 23 Sep
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le Transport, extrait du film Svenska flickor i Paris, 1960, 1'32'', film, réalisation Barbo Borman
Homage to Jean Tinguely's Homage to New-York, 1960, 10', film 16 mm, réalisation Robert Breer, courtesy gb agency, Paris
Breaking it up at the Museum – Homage to New York, 1960, 7', film, réalisation Donn Alan Pennebaker
Study for an end of the world no. 2, 1962, 21'27'', film, David Brinkley's Journal, 04.04.1962, NBC, New York, réalisation Ray Marsh

jeu 24 Sep
ven 25 Sep
sam 26 Sep
dim 27 Sep
Massimo Furlan

au centre culturel suisse
et au musée Nissim de Camondo

A la base, il est artiste plasticien, puis performeur et metteur en scène. Ses projets puisent leurs sujets dans son enfance et son adolescence, dans sa condition d'émigré italien grandi en Suisse romande. Le football, le rock, la moto ou le cinéma sont revisités par ses « images longues » ou ses performances qui défient les limites physiques et temporelles.

mar 29 Sep
2
18h
Après la fin – Le Congrès (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Six penseurs, différents d'un soir à l'autre, égrainent, en déambulant dans les espaces, une réflexion sur différents thèmes propres aux relations que l'homme entretient avec son environnement et les êtres qui le peuplent. Cette proposition est comme un préambule à la longue Nuit blanche du 3 octobre… sans en être ni une répétition ni une réduction, mais une proposition en soi.

3
18h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

mer 30 Sep
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12') 
Tunnel (2015, 43')

2
18h
Après la fin ? Le Congrès (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Six penseurs, différents d'un soir à l'autre, égrainent, en déambulant dans les espaces, une réflexion sur différents thèmes propres aux relations que l'homme entretient avec son environnement et les êtres qui le peuplent. Cette proposition est comme un préambule à la longue Nuit blanche du 3 octobre… sans en être ni une répétition ni une réduction, mais une proposition en soi.

jeu 01 Oct
1
00h
Fermé
ven 02 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

sam 03 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12') 
Tunnel (2015, 43')

2
19h
Après la fin – Le Congrès (nuit blanche)Musée Nissim de Camondo+33 1 53 89 06 50

Dans la cour rectangulaire du musée est installé un manège, un carrousel à l'ancienne. Cet objet familier et populaire fait office de ready-made, recontextualisé dans un haut-lieu de la culture. C'est également un dispositif, une machine à penser, à faire tourner des mots, des phrases, des idées. Plusieurs penseurs, vêtus d'un costume à carreaux et d'un masque de tête de mort, montent sur le manège, et se mettent à parler au fil de la nuit. Ils énoncent des concepts, des récits qui touchent au monde de l'art et à la fin du monde.

dim 04 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

événements

ven 18 Sep
1
18h
Ioannis Mandafounis & Aoife McAtamney, One One One (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Ioannis Mandafounis et Aoife McAtamney invitent à déroger, déranger, perturber mais aussi interroger et interpeller les spectateurs et les passants en balade. Les danseurs traduisent les émotions du public, les transforment pour les lui restituer en une enveloppe dansée. Les artistes s'approprient l'espace public en tant que terrain d'expériences et non de représentation. Pour cela, ils s'engagent physiquement et mentalement dans une action de déstabilisation du réel et se donnent la possibilité d'explorer ses limites et son rapport à la transgression.

2
18h
Florence Jung, jung40 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Preneur d'otages, contrebandière, princesse Disney, sirène, strip-teaseuse punk, conseiller financier spécialiste du marché de l'art immatériel, nail artist, vendeur clandestin… Florence Jung s'invente perpétuellement de nouveaux rôles. Tout est vrai, pourtant rien ne le prouve : ses pièces n'étant jamais visuellement documentées, elles évoluent en rumeurs, propagées au gré de ceux qui y étaient. Lors de PerformanceProcess, une action non-spectaculaire, infiltre discrètement le vernissage. Soyez vigilant, il y a toujours un déjà-vu qui trahit la matrice.

3
18h45
Darren Roshier, Tentative d'entrer dans l'histoire de la performance suisse, épisode 1 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Pour ce projet, Darren Roshier explore l'idée de différentes temporalités dans une même performance, articulée en trois actes – la préparation, la représentation, l'archive. Il s'agit pour l'artiste de créer son propre chapitre de l'histoire de la performance en Suisse et d'y entrer dans le contexte du programme PerformanceProcess.
Darren Roshier, artiste associé du far, Nyon

4
19h30
Roman Signer, Zelt mit Fussballkanone (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Au-delà de ses fameuses explosions et autres destructions sous contrôle, certaines interventions de Roman Signer relèvent plutôt de « l'action » voire de la « sculpture temporelle ». Le temps et l'espace sont déterminants et chaque seconde compte dans le processus de transformation et de mutation recherché par l'artiste.

sam 19 Sep
1
14h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

2
14h45
Marius Schaffter & Jérôme Stünzi, Constructionisme (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Avec Constructionisme, Marius Schaffter et Jérôme Stünzi proposent de reprendre le pouvoir sur la construction sociale de la réalité. Avant la performance publique, ils créent des objets d'études de toutes pièces, leur donnant forme dans une perspective radicale d'Arts modestes. Le moment venu, Marius Schaffter présente, analyse et dissèque les sculptures réalisées. Méticuleux, érudit, passionné, il reconstitue le sens qui réside au fond – ou à la surface – de ces objets. Avec Constructionnisme, Marius Schaffter & Jérôme Stünzi ont été lauréats de Premio 2015, le prix d'encouragement suisse pour les arts de la scène.

3
15h
Marie-Caroline Hominal, Le Triomphe de la Renommée (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Le Triomphe de la Renommée fait partie d'un ensemble de 6 poèmes de Pétrarque (1304 – 1374) I Trionfi qui décrivent les phases de la vie en opposant les vertus dans un combat singulier : la Renommée l'emporte sur la Mort mais est vaincue par le Temps et l'Eternité. Marie-Caroline Hominal reçoit individuellement le spectateur, dans une chambre, elle y défait les artifices des codes théâtrales dans un face à face fantasmagorique et intime.

4
15h
Gisela Hochuli, In Touch with M.O. (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Gisela Hochuli fait référence dans cette performance à certaines oeuvres de Meret Oppenheim (M.O.). Elle envisage le travail de cette artiste non seulement dans sa dimension esthétique, mais également dans sa matérialité et son importance dans un contexte historique et social. A partir d'une sélection d'œuvres, elle développe un travail singulier centré sur le corps, l'étude du matériau et sa transformation. Avec In Touch with M.O., Gisela Hochuli a été lauréate du Prix suisse de la performance.

5
16h
Darren Roshier, Tentative d'entrer dans l'histoire de la performance suisse, épisode 2 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Pour ce projet, Darren Roshier explore l'idée de différentes temporalités dans une même performance, articulée en trois actes – la préparation, la représentation, l'archive. Il s'agit pour l'artiste de créer son propre chapitre de l'histoire de la performance en Suisse et d'y entrer dans le contexte du programme PerformanceProcess.
Darren Roshier, artiste associé du far, Nyon

6
17h
EW, Les Métamorphoses du cercle (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

La main gauche est dans la main droite, les pouces se touchent. Puis index, majeurs, annulaires et auriculaires se rejoignent par leurs extrémités respectives et les mains forment une sphère. Dans cette performance, premier opus d'un cycle d'événements conçu à partir de l'expérience de pensée « la chambre chinoise » imaginée par le philosophe américain John Searle, deux personnages interprètent une séquence d'opérations symboliques et enchaînent les transpositions. Le mouvement se traduit d'une forme à une autre, et c'est l'expérience des transformations du cercle dans leurs résonances qui délimite la proposition. Le groupe EW travaille sur des formes transversales qui interrogent les interactions entre corps, espaces construits et technologies.

7
18h
Anne Rochat, 3 Mat (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

19 septembre 2015, 19H45, Anne Rochat traverse le lac de Joux à la nage.
Latitude 46.6167, longitude 6,2333, altitude 1003m.
La température extérieure est de 9 degrés Celsius, la température de l'eau est de 14 degrés.
La technique de nage d'Anne Rochat est la brasse coulée.
La performer nage à une vitesse moyenne de 4 km à l'heure. La traversée du lac représente 13 km de longueur.
La performance 3MAT se déroule en temps réel sur le lac de Joux en Suisse, elle projetée en direct sur la scène du CCS. C’est un projet pluridisciplinaire qui existe telle une performance artistique in vivo et qui fait également l'objet d'un film présenté au théâtre du Spoutnik, à Genève, le 27 décembre 2015.
Création musique : Ariel Garcia, création lumière : Jonas Bühler, chef opérateur : Jérome Bourquin assistant opérateur : Jean Rochat
Remerciements à : Sarah Anthony, Fabrice Berney, Laurent Bruttin, Lydie Rochat et Michel Zurcher.

8
19h
Oscar Gómez Mata – L'Alakran, Quart d'heure de culture métaphysique (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Cette performance est la présentation d'un entraînement physique créé à partir du poème éponyme du poète roumain Ghérasim Luca. L'objectif est de situer, sans dramatisme, les notions métaphysiques contenues dans le poème (vie, mort, angoisses, vide, idées, tremblements) à travers la répétition d'exercices physiques et sonores. Le poète apporte ainsi le méta, les performers le physique. Afin de divulguer et transmettre cette méthode au plus grand nombre, Oscar Gómez Mata et Esperanza López sont accompagnés de quelques personnes adeptes de cette méthode à la fois physique et philosophique. Cette performance est la première pièce d'une collection qui fait partie d'un projet plus vaste intitulé La Conquête de l'Inutile, où il s'agit d'insister sur ce qui normalement n'est pas considéré comme important, efficace et performant.

9
20h30
Gregory Stauffer, Walking (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Dans Walking, Gregory Stauffer se dédie à la marche. Les randonnées Alpines tout comme les dérives urbaines ont été sources d'inspiration dans le travail passé de l'artiste qui travaille entre la vidéo, les arts plastiques et la performance. À présent, il fait de la marche la source d'inspiration tout comme le sujet de sa nouvelle création solo. Il examine avec un geste plein d'humour et d'ingéniosité le mécanisme qui transforme et lie l'esprit et le corps au long de randonnées. Gregory Stauffer renonce ici à un stade complexe de la mise en scène spectaculaire et se limite à quelques accessoires et costumes. Tout se réduit à l'essence de l'errance : le sol et les pieds.

dim 20 Sep
1
14h
Marie-Caroline Hominal, Le Triomphe de la Renommée (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Le Triomphe de la Renommée fait partie d'un ensemble de 6 poèmes de Pétrarque (1304 – 1374) I Trionfi qui décrivent les phases de la vie en opposant les vertus dans un combat singulier : la Renommée l'emporte sur la Mort mais est vaincue par le Temps et l'Eternité. Marie-Caroline Hominal reçoit individuellement le spectateur, dans une chambre, elle y défait les artifices des codes théâtrales dans un face à face fantasmagorique et intime.

2
15h
EW, Les Métamorphoses du cercle (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

La main gauche est dans la main droite, les pouces se touchent. Puis index, majeurs, annulaires et auriculaires se rejoignent par leurs extrémités respectives et les mains forment une sphère. Dans cette performance, premier opus d'un cycle d'événements conçu à partir de l'expérience de pensée « la chambre chinoise » imaginée par le philosophe américain John Searle, deux personnages interprètent une séquence d'opérations symboliques et enchaînent les transpositions. Le mouvement se traduit d'une forme à une autre, et c'est l'expérience des transformations du cercle dans leurs résonances qui délimite la proposition. Le groupe EW travaille sur des formes transversales qui interrogent les interactions entre corps, espaces construits et technologies.

3
15h45
Oscar Gómez Mata – L'Alakran, Quart d'heure de culture métaphysique (2015)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Cette performance est la présentation d'un entraînement physique créé à partir du poème éponyme du poète roumain Ghérasim Luca. L'objectif est de situer, sans dramatisme, les notions métaphysiques contenues dans le poème (vie, mort, angoisses, vide, idées, tremblements) à travers la répétition d'exercices physiques et sonores. Le poète apporte ainsi le méta, les performers le physique. Afin de divulguer et transmettre cette méthode au plus grand nombre, Oscar Gómez Mata et Esperanza López sont accompagnés de quelques personnes adeptes de cette méthode à la fois physique et philosophique. Cette performance est la première pièce d'une collection qui fait partie d'un projet plus vaste intitulé La Conquête de l'Inutile, où il s'agit d'insister sur ce qui normalement n'est pas considéré comme important, efficace et performant.

4
16h30
Gisela Hochuli, In Touch with M.O. (2013)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Gisela Hochuli fait référence dans cette performance à certaines oeuvres de Meret Oppenheim (M.O.). Elle envisage le travail de cette artiste non seulement dans sa dimension esthétique, mais également dans sa matérialité et son importance dans un contexte historique et social. A partir d'une sélection d'œuvres, elle développe un travail singulier centré sur le corps, l'étude du matériau et sa transformation. Avec In Touch with M.O., Gisela Hochuli a été lauréate du Prix suisse de la performance.

5
17h30
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

6
18h30
Darren Roshier, Tentative d'entrer dans l'histoire de la performance suisse, épisode 3 (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Pour ce projet, Darren Roshier explore l'idée de différentes temporalités dans une même performance, articulée en trois actes – la préparation, la représentation, l'archive. Il s'agit pour l'artiste de créer son propre chapitre de l'histoire de la performance en Suisse et d'y entrer dans le contexte du programme PerformanceProcess.
Darren Roshier, artiste associé du far, Nyon

mar 22 Sep
2
18h
Jean Tinguely, Projection en bouclecentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le Transport, extrait du film Svenska flickor i Paris, 1960, 1'32'', film, réalisation Barbo Borman
Homage to Jean Tinguely's Homage to New-York, 1960, 10', film 16 mm, réalisation Robert Breer, courtesy gb agency, Paris
Breaking it up at the Museum – Homage to New York, 1960, 7', film, réalisation Donn Alan Pennebaker
Study for an end of the world no. 2, 1962, 21'27'', film, David Brinkley's Journal, 04.04.1962, NBC, New York, réalisation Ray Marsh

3
20h
Grauton (Karen Geyer), Performance (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

A Voyage to the Outer Space (création, 26')
Karen Geyer est une artiste sonore qui vit entre New York et Zurich. Elle élabore des installations à partir d'objets du quotidien (vélos, ventilateurs, bouilloires, tabourets) qu'elle transforme en instruments en les associant à des matériaux simples comme le bois, du fil, de la corde. Le hasard propre à la composition des sons donne l'impression que cet orchestre s'anime de lui-même, l'artiste ensuite mixe, filtre et amplifie le matériel qu'elle recueille via des micros. Pour ce projet, elle s'est particulièrement inspirée de Für Statik, le manifeste de Jean Tinguely lancé en 1959 au-dessus de Düsseldorf : « VIVEZ LE TEMPS PRESENT, VIVEZ SUR ET DANS LE TEMPS. POUR UNE REALITE BELLE ET ABSOLUE ! »

4
21h
Jean Tinguely, table rondeCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Discussion sur la pratique de l'action chez Tinguely, à l'occasion de la parution de l'ouvrage Jean Tinguely, Torpedo Institut (éditions Patrick Frey, Zurich). 
Avec Olivier Suter (auteur du livre) et Roland Wetzel (directeur du Musée Tinguely, Bâle).

 

Du 22 au 27 septembre, l’ouvrageTorpedo Institut de Jean Tinguely est disponible au prix de lancement de 45€ à la librairie du CCS.

mer 23 Sep
1
13h
Jean Tinguely, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le Transport, extrait du film Svenska flickor i Paris, 1960, 1'32'', film, réalisation Barbo Borman
Homage to Jean Tinguely's Homage to New-York, 1960, 10', film 16 mm, réalisation Robert Breer, courtesy gb agency, Paris
Breaking it up at the Museum – Homage to New York, 1960, 7', film, réalisation Donn Alan Pennebaker
Study for an end of the world no. 2, 1962, 21'27'', film, David Brinkley's Journal, 04.04.1962, NBC, New York, réalisation Ray Marsh

jeu 24 Sep
ven 25 Sep
sam 26 Sep
dim 27 Sep
mar 29 Sep
1
18h
Massimo Furlan, Après la fin – Le Congrès (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Six penseurs, différents d'un soir à l'autre, égrainent, en déambulant dans les espaces, une réflexion sur différents thèmes propres aux relations que l'homme entretient avec son environnement et les êtres qui le peuplent. Cette proposition est comme un préambule à la longue Nuit blanche du 3 octobre… sans en être ni une répétition ni une réduction, mais une proposition en soi.

3
18h
Massimo Furlan, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

mer 30 Sep
1
13h
Massimo Furlan, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12') 
Tunnel (2015, 43')

2
18h
Massimo Furlan, Après la fin ? Le Congrès (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Six penseurs, différents d'un soir à l'autre, égrainent, en déambulant dans les espaces, une réflexion sur différents thèmes propres aux relations que l'homme entretient avec son environnement et les êtres qui le peuplent. Cette proposition est comme un préambule à la longue Nuit blanche du 3 octobre… sans en être ni une répétition ni une réduction, mais une proposition en soi.

exposition

En 2015, le Centre culturel suisse fête ses 30 ans !

Pour célébrer cet anniversaire, en plus d’un livre retraçant 30 ans d’histoire, le CCS a imaginé un projet consacré à la performance, médium aux multiples définitions et aux confins de plusieurs disciplines. PerformanceProcess propose une approche subjective de la performance en Suisse de 1960 à 2015, à travers les oeuvres de 46 artistes, compagnies ou groupes. Une exposition d’une centaine d’oeuvres, douze focus monographiques de cinq jours, plus de quarante « performances » jouées dans les espaces du CCS ou dans onze lieux partenaires à Paris, un colloque, une scénographie réalisée par les architectes Bureau A et un site web conçu par le graphiste Ludovic Balland, composent ce projet hors normes que nous vous invitons à découvrir tout au long de l’automne !

octobre 2015

focus

Massimo Furlan

au centre culturel suisse
et au musée Nissim de Camondo

A la base, il est artiste plasticien, puis performeur et metteur en scène. Ses projets puisent leurs sujets dans son enfance et son adolescence, dans sa condition d'émigré italien grandi en Suisse romande. Le football, le rock, la moto ou le cinéma sont revisités par ses « images longues » ou ses performances qui défient les limites physiques et temporelles.

mar 29 Sep
2
18h
Après la fin – Le Congrès (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Six penseurs, différents d'un soir à l'autre, égrainent, en déambulant dans les espaces, une réflexion sur différents thèmes propres aux relations que l'homme entretient avec son environnement et les êtres qui le peuplent. Cette proposition est comme un préambule à la longue Nuit blanche du 3 octobre… sans en être ni une répétition ni une réduction, mais une proposition en soi.

3
18h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

mer 30 Sep
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12') 
Tunnel (2015, 43')

2
18h
Après la fin ? Le Congrès (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Six penseurs, différents d'un soir à l'autre, égrainent, en déambulant dans les espaces, une réflexion sur différents thèmes propres aux relations que l'homme entretient avec son environnement et les êtres qui le peuplent. Cette proposition est comme un préambule à la longue Nuit blanche du 3 octobre… sans en être ni une répétition ni une réduction, mais une proposition en soi.

jeu 01 Oct
1
00h
Fermé
ven 02 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

sam 03 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12') 
Tunnel (2015, 43')

2
19h
Après la fin – Le Congrès (nuit blanche)Musée Nissim de Camondo+33 1 53 89 06 50

Dans la cour rectangulaire du musée est installé un manège, un carrousel à l'ancienne. Cet objet familier et populaire fait office de ready-made, recontextualisé dans un haut-lieu de la culture. C'est également un dispositif, une machine à penser, à faire tourner des mots, des phrases, des idées. Plusieurs penseurs, vêtus d'un costume à carreaux et d'un masque de tête de mort, montent sur le manège, et se mettent à parler au fil de la nuit. Ils énoncent des concepts, des récits qui touchent au monde de l'art et à la fin du monde.

dim 04 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

Heinrich Lüber

au centre culturel suisse

Artiste principalement identifié dans le champ de la performance, il construit souvent des éléments qui prolongent ou transforment son corps, et avec lesquels il « joue », par le geste et la parole. Il conçoit aussi beaucoup de performances intégrées dans des architectures, notamment des façades d'immeubles en chantier.

mar 06 Oct
2
18h
Volute (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Heinrich Lüber, grande figure de la performance en Suisse, se met en scène dans des situations souvent extrêmes – sur des façades d'immeubles, sur des toits, fixé à des structures. Avec Volute, une nouvelle création conçue pour PerformanceProcess, il cherche à incarner la parole dans un geste plastique et spatial. S'inspirant de la figure comique d'Arlequin, il évolue sur un miroir elliptique, avec un cor baroque qui émerge de son corps. Ce dispositif rotatif projette les actions et les paroles de l'artiste dans un mouvement de spirale continu.

mer 07 Oct
jeu 08 Oct
ven 09 Oct
sam 10 Oct
dim 11 Oct
Dieter Meier

au centre culturel suisse

Dans le parcours de ce dandy punk on trouve des films expérimentaux, des performances conceptuelles, des autoportraits en magicien, l'aventure musicale Yello avec Boris Blank rythmée par des vidéos clips d’anthologie, et plus récemment de nouveaux projets musicaux et des expositions d'envergure. Et bien d’autres choses encore…

mar 13 Oct
2
18h
Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

3
20h
Dieter Meier / Out of ChaosCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Out of Chaos est le nouveau projet musical de Dieter Meier, il est accompagné de Ephrem Lüchinger (piano), Tobias Preisig (violon), Alessandro Giannelli (batterie), Nicolas Rütimann (guitare) et Ralph Sonderegger (basse).

mer 14 Oct
1
13h
Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

2
20h
Dieter Meier / Out of ChaosCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Out of Chaos est le nouveau projet musical de Dieter Meier, il est accompagné de Ephrem Lüchinger (piano), Tobias Preisig (violon), Alessandro Giannelli (batterie), Nicolas Rütimann (guitare) et Ralph Sonderegger (basse).

jeu 15 Oct
1
13h
Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

ven 16 Oct
1
13h
Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
sam 17 Oct
1
13h
Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
dim 18 Oct
1
13h
Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
Guillaume Pilet

au centre culturel suisse

Artiste éclectique, il pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail.

mar 20 Oct
2
18h
La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Artiste éclectique, Guillaume Pilet pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail. Pour le CCS, il imagine une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l'artiste de zébrures colorées, interprète un script, ce qui engendre des interactions avec le public et l'amène à se saisir d'un instrumentarium pour réaliser une peinture géante « en direct ».
Avec le soutien de la Ville du Lausanne et du Canton de Vaud.

mer 21 Oct
1
13h
La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
jeu 22 Oct
1
13h
La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
ven 23 Oct
1
13h
La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
sam 24 Oct
1
13h
La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
dim 25 Oct
1
13h
La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
Roman Signer
mar 27 Oct
2
18h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')
Un lac, un piano, un radeau constituent le décor dans lequel apparaît le jeune pianiste islandais Víkingur Ólafsson pour interpréter Vers la flamme, joyau mystique du compositeur Alexandre Scriabine.

mer 28 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

2
20h
Performance + ciné-concertCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Ballon mit rotem Band (2015)

Restenfilme XX (1975–1989)
Film mis en musique par le pianiste Yaron Herman (création).
Ce film est un montage des chutes, suppléments, ratés d’actions et autres repérages pour les films super 8 expérimentaux de Roman Signer. Les séquences révèlent toute l'inventivité et l'esprit des œuvres de Signer entre humour et esthétique du cause à effet. Il a accepté la proposition de le projeter avec le live d'un pianiste choisi par le CCS.

jeu 29 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

ven 30 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

sam 31 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

dim 01 Nov
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

événements

jeu 01 Oct
1
00h
Fermé
ven 02 Oct
1
13h
Massimo Furlan, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

sam 03 Oct
1
13h
Massimo Furlan, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12') 
Tunnel (2015, 43')

2
19h
Massimo Furlan, Après la fin – Le Congrès (nuit blanche)Musée Nissim de Camondo+33 1 53 89 06 50

Dans la cour rectangulaire du musée est installé un manège, un carrousel à l'ancienne. Cet objet familier et populaire fait office de ready-made, recontextualisé dans un haut-lieu de la culture. C'est également un dispositif, une machine à penser, à faire tourner des mots, des phrases, des idées. Plusieurs penseurs, vêtus d'un costume à carreaux et d'un masque de tête de mort, montent sur le manège, et se mettent à parler au fil de la nuit. Ils énoncent des concepts, des récits qui touchent au monde de l'art et à la fin du monde.

dim 04 Oct
1
13h
Massimo Furlan, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Furlan/Morges (2013, 12')
Tunnel (2015, 43')

mar 06 Oct
2
18h
Heinrich Lüber, Volute (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Heinrich Lüber, grande figure de la performance en Suisse, se met en scène dans des situations souvent extrêmes – sur des façades d'immeubles, sur des toits, fixé à des structures. Avec Volute, une nouvelle création conçue pour PerformanceProcess, il cherche à incarner la parole dans un geste plastique et spatial. S'inspirant de la figure comique d'Arlequin, il évolue sur un miroir elliptique, avec un cor baroque qui émerge de son corps. Ce dispositif rotatif projette les actions et les paroles de l'artiste dans un mouvement de spirale continu.

jeu 08 Oct
1
00h
Annulé–John Armleder
2
13h
Heinrich Lüber, Volute (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Heinrich Lüber, grande figure de la performance en Suisse, se met en scène dans des situations souvent extrêmes – sur des façades d'immeubles, sur des toits, fixé à des structures. Avec Volute, une nouvelle création conçue pour PerformanceProcess, il cherche à incarner la parole dans un geste plastique et spatial. S'inspirant de la figure comique d'Arlequin, il évolue sur un miroir elliptique, avec un cor baroque qui émerge de son corps. Ce dispositif rotatif projette les actions et les paroles de l'artiste dans un mouvement de spirale continu.

mar 13 Oct
2
18h
Dieter Meier, Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

3
20h
Dieter Meier, Dieter Meier / Out of ChaosCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Out of Chaos est le nouveau projet musical de Dieter Meier, il est accompagné de Ephrem Lüchinger (piano), Tobias Preisig (violon), Alessandro Giannelli (batterie), Nicolas Rütimann (guitare) et Ralph Sonderegger (basse).

mer 14 Oct
1
13h
Dieter Meier, Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

3
20h
Dieter Meier, Dieter Meier / Out of ChaosCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Out of Chaos est le nouveau projet musical de Dieter Meier, il est accompagné de Ephrem Lüchinger (piano), Tobias Preisig (violon), Alessandro Giannelli (batterie), Nicolas Rütimann (guitare) et Ralph Sonderegger (basse).

jeu 15 Oct
1
13h
Dieter Meier, Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

ven 16 Oct
1
13h
Dieter Meier, Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

sam 17 Oct
1
13h
Dieter Meier, Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Pink (1969) tirages n/b sur papier
5 Days (1969) tirages n/b sur papier
Gang-Bestatigung (1970) tirages n/b sur papier
This man will not shoot (1971) tirages n/b sur papier
Datum I / II (1972) tirages n/b sur papier
Gehen (1979) tirages n/b sur papier

dim 18 Oct
1
13h
Dieter Meier, Photographies de performancesCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
mar 20 Oct
1
17h
Christoph Rütimann, Cactuscrackling in the Grotto (création)Serre tropicale du Jardin des Plantes+33 1 40 79 56 01/54

Christoph Rütimann fait un usage particulier des cactus, tantôt instrument de musique, tantôt « aiguille » de tourne-disque ou tout bonnement objet d'exposition. Pour cette performance, il équipe une série d'outils de jardin et de cactus de capteurs sonores pour un concert inédit.
Dans le cadre de la Fiac Hors les murs. Sur présentation du badge « Invité d'honneur ». En collaboration avec Mai 36 Galerie, Zurich.

4
18h
Guillaume Pilet, La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Artiste éclectique, Guillaume Pilet pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail. Pour le CCS, il imagine une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l'artiste de zébrures colorées, interprète un script, ce qui engendre des interactions avec le public et l'amène à se saisir d'un instrumentarium pour réaliser une peinture géante « en direct ».
Avec le soutien de la Ville du Lausanne et du Canton de Vaud.

5
20h
Yan Duyvendak, Rétrospective des premières performances solo de Yan DuyvendakCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

KEEP IT FUN FOR YOURSELF (1995, 10')

En interprétant a cappella des chansons qui discourent sur l'art, Yan Duyvendak s'interroge avec ironie sur le rôle de l'artiste. Respectant les tempos des chansons, jouant sur la gêne des temps morts, dépouillant la mise en scène, il s'inclut lui-même dans cette mise à nu du spectacle.

 

UNE SOIRÉE POUR NOUS (1999, 15')

Une soirée pour nous mélange un zapping TV international (programmes, météo, publicité) avec un concert de Céline Dion dédie à René, son mari et manager, malade. Elle lui parle en direct, et l'image de René apparaît sur des écrans. Yan Duyvendak devient Céline Dion, objet d'aversion et de fascination.

 

YOU INVITED ME, DON'T YOU REMEMBER (2002, 17')

Yan Duyvendak s'affranchit de l'image pour s'appuyer sur le son des films. Les sons et les mouvements du performer donnent l'illusion des images. Et l'artiste convoque la figure du mal, qui peut prendre toutes les formes mais qui est privé de toute apparence.

 

YOU'RE DEAD! (2003, 30')

You're Dead! se réfère de l'univers des jeux vidéo en transformant le lieu de la représentation en paysage virtuel dans lequel l'artiste incarne un avatar qui se déplace, traque et tire. Sa réécriture chorégraphique traduit l'écart entre réel et virtuel, et l'effort nécessaire à l'identification.

mer 21 Oct
1
13h
Guillaume Pilet, La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Artiste éclectique, Guillaume Pilet pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail. Pour le CCS, il imagine une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l'artiste de zébrures colorées, interprète un script, ce qui engendre des interactions avec le public et l'amène à se saisir d'un instrumentarium pour réaliser une peinture géante « en direct ».
Avec le soutien de la Ville du Lausanne et du Canton de Vaud.

2
15h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

3
19h
Christoph Rütimann, Cactuscrackling in the Grotto (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Christoph Rütimann fait un usage particulier des cactus, tantôt instrument de musique, tantôt « aiguille » de tourne-disque ou tout bonnement objet d'exposition. Pour cette performance, il équipe une série d'outils de jardin et de cactus de capteurs sonores pour un concert inédit.
Dans le cadre de la Fiac Hors les murs. Sur présentation du badge « Invité d'honneur ». En collaboration avec Mai 36 Galerie, Zurich.

4
20h
Yan Duyvendak, Rétrospective des premières performances solo de Yan DuyvendakCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

KEEP IT FUN FOR YOURSELF (1995, 10')

En interprétant a cappella des chansons qui discourent sur l'art, Yan Duyvendak s'interroge avec ironie sur le rôle de l'artiste. Respectant les tempos des chansons, jouant sur la gêne des temps morts, dépouillant la mise en scène, il s'inclut lui-même dans cette mise à nu du spectacle.

 

DREAMS COME TRUE (2003, 23')

Un parcours dérisoire de ceux à qui l'on promet que leurs rêves peuvent devenir réalité, par la téléréalité. Au milieu de ces illusions, Yan Duyvendak intègre les solutions de ceux qui veulent lui apprendre à être une star. Il démonte la machinerie de cette déshumanisante compétition.

 

SELF-SERVICE (2003, 15')

Self-service, c'est d'abord une caméra sur pied fixant la photo d'un immeuble en béton, et un moniteur. Quand l'artiste glisse le moniteur vers le sol, l'image révèle aussi les étages inférieurs de l'immeuble et la route. Dans les mains de l'artiste, le moniteur ne diffuse plus l'image, mais la capte, comme une caméra.

 

MY NAME IS NEO (FOR FIFTEEN MINUTES), (2001, 15')

Peut-on être « l'élu » pendant quinze minutes ? Et que reste-t-il une fois que la toile redevient blanche, que Batman, James Bond, ou « Neo, the One » ont disparu ? My Name is Neo confronte un film d'action truffé d'effets spéciaux avec la physicalité brute d'un être humain.

jeu 22 Oct
1
13h
Guillaume Pilet, La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Artiste éclectique, Guillaume Pilet pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail. Pour le CCS, il imagine une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l'artiste de zébrures colorées, interprète un script, ce qui engendre des interactions avec le public et l'amène à se saisir d'un instrumentarium pour réaliser une peinture géante « en direct ».
Avec le soutien de la Ville du Lausanne et du Canton de Vaud.

2
13h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

3
20h
Yan Duyvendak, Rétrospective des premières performances solo de Yan DuyvendakCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

KEEP IT FUN FOR YOURSELF (1995, 10')

En interprétant a cappella des chansons qui discourent sur l'art, Yan Duyvendak s'interroge avec ironie sur le rôle de l'artiste. Respectant les tempos des chansons, jouant sur la gêne des temps morts, dépouillant la mise en scène, il s'inclut lui-même dans cette mise à nu du spectacle.

 

UNE SOIRÉE POUR NOUS (1999, 15')

Une soirée pour nous mélange un zapping TV international (programmes, météo, publicité) avec un concert de Céline Dion dédie à René, son mari et manager, malade. Elle lui parle en direct, et l'image de René apparaît sur des écrans. Yan Duyvendak devient Céline Dion, objet d’aversion et de fascination.

 

YOU INVITED ME, DON'T YOU REMEMBER (2002, 17')

Yan Duyvendak s'affranchit de l’image pour s’appuyer sur le son des films. Les sons et les mouvements du performer donnent l'illusion des images. Et l'artiste convoque la figure du mal, qui peut prendre toutes les formes mais qui est privé de toute apparence.

 

YOU'RE DEAD! (2003, 30')

You're Dead! se réfère de l'univers des jeux vidéo en transformant le lieu de la représentation en paysage virtuel dans lequel l'artiste incarne un avatar qui se déplace, traque et tire. Sa réécriture chorégraphique traduit l'écart entre réel et virtuel, et l'effort nécessaire à l'identification.

ven 23 Oct
1
13h
Guillaume Pilet, La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Artiste éclectique, Guillaume Pilet pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail. Pour le CCS, il imagine une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l'artiste de zébrures colorées, interprète un script, ce qui engendre des interactions avec le public et l'amène à se saisir d'un instrumentarium pour réaliser une peinture géante « en direct ».
Avec le soutien de la Ville du Lausanne et du Canton de Vaud.

2
20h
Yan Duyvendak, Rétrospective des premières performances solo de Yan DuyvendakCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

KEEP IT FUN FOR YOURSELF (1995, 10')

En interprétant a cappella des chansons qui discourent sur l'art, Yan Duyvendak s'interroge avec ironie sur le rôle de l'artiste. Respectant les tempos des chansons, jouant sur la gêne des temps morts, dépouillant la mise en scène, il s'inclut lui-même dans cette mise à nu du spectacle.

 

DREAMS COME TRUE (2003, 23')

Un parcours dérisoire de ceux à qui l’on promet que leurs rêves peuvent devenir réalité, par la téléréalité. Au milieu de ces illusions, Yan Duyvendak intègre les solutions de ceux qui veulent lui apprendre à être une star. Il démonte la machinerie de cette déshumanisante compétition.

 

SELF-SERVICE (2003, 15')

Self-service, c'est d'abord une caméra sur pied fixant la photo d'un immeuble en béton, et un moniteur. Quand l'artiste glisse le moniteur vers le sol, l'image révèle aussi les étages inférieurs de l'immeuble et la route. Dans les mains de l'artiste, le moniteur ne diffuse plus l'image, mais la capte, comme une caméra.

 

MY NAME IS NEO (FOR FIFTEEN MINUTES), (2001, 15')

Peut-on être « l'élu » pendant quinze minutes ? Et que reste-t-il une fois que la toile redevient blanche, que Batman, James Bond, ou « Neo, the One » ont disparu ? My Name is Neo confronte un film d'action truffé d'effets spéciaux avec la physicalité brute d'un être humain.

3
20h30
Alexandra Bachzetsis, From A to B via C (2014)Centre Pompidou, Forum -1r+33 1 44 78 12 33

Au centre de ce projet, il y a la célèbre interprétation de Diego Velàsquez de la « Vénus au miroir » comme image de référence de la perfection. Cette pièce est une chorégraphie complexe dans laquelle le mouvement, l'observation et le jeu de miroir constituent des actions conscientes, transposées d'un corps dansant à l'autre. Pendant moins d'une heure ce trio s'applique à décortiquer les systèmes qui produisent la chorégraphie en recyclant les ressorts de la danse dite « conceptuelle » des années 1990 et 2000 : on retrouve les danseurs énonçant leurs pas tout en les exécutant, les corps mêlés en « devenir-autre », ou encore l'utilisation de chansons pop fusionnant émotion et autoréflexion. Mais ici, Alexandra Bachzetsis s'intéresse plus particulièrement à notre régime de consommation des images et à la mise à mal de notre aptitude à hiérarchiser entre l'événement vécu et sa diffusion sur écran : à quoi donner la priorité ?

Commande de la Tate Modern à Londres, la Biennale de l'Image en Mouvement à Genève et la Fondation Jumex à Mexico.

A l'issue de la représentation du 24 octobre, entretien entre Alexandra Bachzetsis et Serge Laurent.

sam 24 Oct
1
13h
Guillaume Pilet, La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Artiste éclectique, Guillaume Pilet pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail. Pour le CCS, il imagine une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l'artiste de zébrures colorées, interprète un script, ce qui engendre des interactions avec le public et l'amène à se saisir d'un instrumentarium pour réaliser une peinture géante « en direct ».
Avec le soutien de la Ville du Lausanne et du Canton de Vaud.

2
20h30
Alexandra Bachzetsis, From A to B via C (2014)Centre Pompidou, Forum -1r+33 1 44 78 12 33

Au centre de ce projet, il y a la célèbre interprétation de Diego Velàsquez de la « Vénus au miroir » comme image de référence de la perfection. Cette pièce est une chorégraphie complexe dans laquelle le mouvement, l'observation et le jeu de miroir constituent des actions conscientes, transposées d'un corps dansant à l'autre. Pendant moins d'une heure ce trio s'applique à décortiquer les systèmes qui produisent la chorégraphie en recyclant les ressorts de la danse dite « conceptuelle » des années 1990 et 2000 : on retrouve les danseurs énonçant leurs pas tout en les exécutant, les corps mêlés en « devenir-autre », ou encore l'utilisation de chansons pop fusionnant émotion et autoréflexion. Mais ici, Alexandra Bachzetsis s'intéresse plus particulièrement à notre régime de consommation des images et à la mise à mal de notre aptitude à hiérarchiser entre l'événement vécu et sa diffusion sur écran : à quoi donner la priorité ?

Commande de la Tate Modern à Londres, la Biennale de l'Image en Mouvement à Genève et la Fondation Jumex à Mexico.

A l'issue de la représentation du 24 octobre, entretien entre Alexandra Bachzetsis et Serge Laurent.

dim 25 Oct
1
13h
Guillaume Pilet, La Mesure harmonique, De l'humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l'espace (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Artiste éclectique, Guillaume Pilet pratique autant la sculpture que la peinture, en passant par des installations, des photos et des vidéos. Depuis quelques années, la performance prend une place de plus en plus importante dans son travail. Pour le CCS, il imagine une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l'artiste de zébrures colorées, interprète un script, ce qui engendre des interactions avec le public et l'amène à se saisir d'un instrumentarium pour réaliser une peinture géante « en direct ».
Avec le soutien de la Ville du Lausanne et du Canton de Vaud.

mar 27 Oct
2
18h
Roman Signer, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')
Un lac, un piano, un radeau constituent le décor dans lequel apparaît le jeune pianiste islandais Víkingur Ólafsson pour interpréter Vers la flamme, joyau mystique du compositeur Alexandre Scriabine.

mer 28 Oct
1
13h
Roman Signer, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

2
20h
Roman Signer, Performance + ciné-concertCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Ballon mit rotem Band (2015)

Restenfilme XX (1975–1989)
Film mis en musique par le pianiste Yaron Herman (création).
Ce film est un montage des chutes, suppléments, ratés d’actions et autres repérages pour les films super 8 expérimentaux de Roman Signer. Les séquences révèlent toute l'inventivité et l'esprit des œuvres de Signer entre humour et esthétique du cause à effet. Il a accepté la proposition de le projeter avec le live d'un pianiste choisi par le CCS.

jeu 29 Oct
1
13h
Roman Signer, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

ven 30 Oct
1
13h
Roman Signer, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

sam 31 Oct
1
13h
Roman Signer, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

2
17h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

exposition

En 2015, le Centre culturel suisse fête ses 30 ans !

Pour célébrer cet anniversaire, en plus d’un livre retraçant 30 ans d’histoire, le CCS a imaginé un projet consacré à la performance, médium aux multiples définitions et aux confins de plusieurs disciplines. PerformanceProcess propose une approche subjective de la performance en Suisse de 1960 à 2015, à travers les oeuvres de 46 artistes, compagnies ou groupes. Une exposition d’une centaine d’oeuvres, douze focus monographiques de cinq jours, plus de quarante « performances » jouées dans les espaces du CCS ou dans onze lieux partenaires à Paris, un colloque, une scénographie réalisée par les architectes Bureau A et un site web conçu par le graphiste Ludovic Balland, composent ce projet hors normes que nous vous invitons à découvrir tout au long de l’automne !

novembre 2015

focus

Roman Signer
mar 27 Oct
2
18h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')
Un lac, un piano, un radeau constituent le décor dans lequel apparaît le jeune pianiste islandais Víkingur Ólafsson pour interpréter Vers la flamme, joyau mystique du compositeur Alexandre Scriabine.

mer 28 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

2
20h
Performance + ciné-concertCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Ballon mit rotem Band (2015)

Restenfilme XX (1975–1989)
Film mis en musique par le pianiste Yaron Herman (création).
Ce film est un montage des chutes, suppléments, ratés d’actions et autres repérages pour les films super 8 expérimentaux de Roman Signer. Les séquences révèlent toute l'inventivité et l'esprit des œuvres de Signer entre humour et esthétique du cause à effet. Il a accepté la proposition de le projeter avec le live d'un pianiste choisi par le CCS.

jeu 29 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

ven 30 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

sam 31 Oct
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

dim 01 Nov
1
13h
Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

Foofwa d'Imobilité & Jonathan O'Hear

au centre culturel suisse

Foofwa d'Imobilité, né de parents danseurs, a été membre de la Merce Cunningham Dance Company avant de devenir chorégraphe en 1998. Virtuose, facétieux, toujours en mouvement, il ne cesse d'élargir les notions de danse, de chorégraphie, de scène, notamment par la pratique de la dancewalk, de la dancerun ou d'actions dans l'espace public.

 

mar 03 Nov
2
18h
/Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Foofwa d'Imobilité conçoit ce projet comme une résidence, une occupation des espaces 24h/24h. Aux heures de fermeture du CCS, un moniteur vidéo retransmet en direct les actions dans la vitrine de la Librairie. Pour le chorégraphe, il s'agit de continuer un travail sur l'étirement du temps, pour Jonathan O'Hear (scénographe, proche collaborateur de Foofwa depuis 2009), c'est l'occasion d'expérimenter un travail sur les différentes phases de sommeil. /Inutile : Don Austérité 2 s'inscrit également dans une réflexion plus large sur Utile/Inutile ou comment, grâce à la pratique de la danse et de l'art, faire de l'inutilité et de la générosité des valeurs sociales indispensables.

jeu 05 Nov
1
13h
/Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
ven 06 Nov
1
13h
/Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
sam 07 Nov
1
13h
/Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
dim 08 Nov
1
13h
/Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
Urs Lüthi

au centre culturel suisse

Il a toujours intégré son propre corps dans son travail, mettant en scène notamment ses transformations progressives. Dans les années 1970, il a beaucoup joué sur son aspect androgyne, qui a eu une place centrale dans l'exposition Transformer – Aspekte der Travestie, organisée par Jean-Christophe Ammann au Kunstmuseum de Lucerne en 1974.

mar 10 Nov
2
18h
PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Opening Performance Diagramma, Milano (1972) impression pigmentaire
This is About You, Roma (1973) impression pigmentaire
Mille Rose rosse, Milano (1974) impression pigmentaire
Performance Firenze, the /one/y Saxophone (1974) impression pigmentaire
L'artiste est dans la Cave, Genève (1974) impression pigmentaire
Napoli Performance (1975) impression pigmentaire
Bologna Performance (1975) impression pigmentaire

mer 11 Nov
1
13h
PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
jeu 12 Nov
1
13h
PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
ven 13 Nov
1
13h
PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
sam 14 Nov
1
13h
PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
dim 15 Nov
1
13h
PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
Christian Marclay

au centre culturel suisse

Ses matériaux : la musique et le son, dans toutes leurs formes. Ses œuvres prennent la forme de photographies, collages, sculptures, installations, vidéos, performances. A partir de matériaux trouvés, il conçoit aussi des partitions qu'il donne à jouer à des musiciens.

mar 17 Nov
2
18h
Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

3
20h
Ephemera (2009)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Interprété par le pianiste Jacques Demierre.
Ephemera est le résultat de l’accumulation, après de longues années, de notations éclectiques et musicales, glanées çà et là dans diverses publicités, illustrations, menus, etc. Ces éphéméras ont été assemblés, puis photographiés et reproduits en une suite de 28 folios. À partir de cet ensemble de motifs imprimés, Christian Marclay a créé une partition musicale du même nom, destinée à être jouée par des musiciens professionnels.

4
20h
Shuffle (2007)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Interprété par la harpiste Hélène Breschand.
Shuffle est un livre qui prend la forme d'un paquet géant de jeu de cartes, sur chaque carte est reproduite une photographie différente. A la fois boîte Fluxus, composition aléatoire de John Cage ou jeu de contruction de Charles et Ray Eames, les cartes proposent une expérience visuelle mais sont également destinées à être jouées telle une partition. L'ensemble comprend également des explications et instructions de la part de l'artiste.

mer 18 Nov
1
13h
Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

2
20h
Annulé ! Simultaneous Duo Version (2014)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50
3
20h
Concert improviséCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Avec Christian Marclay, Hélène Breschand, Jacques Demierre

jeu 19 Nov
1
13h
Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

ven 20 Nov
sam 21 Nov
dim 22 Nov
Katja Schenker
mar 24 Nov
2
19h
PERFORMANCE : Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le travail de Katja Schenker s'articule autour de la performance et de la sculpture. Ses projets interrogent des notions existentielles: la relation entre l'intérieur et l'extérieur, le Moi et les autres, la perméabilité et l'appartenance. Pour le CCS, elle imagine un dispositif de ficelles suspendues qu'elle tisse autour de son corps. Les mouvements qu'elle impulse ensuite au filet créent une dynamique entre son corps, l'environnement et la matière elle-même dont le jeu de maillage construit une dialectique de tension et relâchement. Au terme de la performance, le filet devient une installation à voir jusqu'à la prochaine et dernière performance du dimanche 29 novembre.

mer 25 Nov
1
13h
Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation et vidéo résultant de la performance du 24 novembre

jeu 26 Nov
1
13h
Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
ven 27 Nov
1
13h
Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
sam 28 Nov
1
13h
Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
dim 29 Nov
1
13h
Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
2
16h
PERFORMANCE : Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le travail de Katja Schenker s'articule autour de la performance et de la sculpture. Ses projets interrogent des notions existentielles : la relation entre l'intérieur et l'extérieur, le Moi et les autres, la perméabilité et l'appartenance. Pour le CCS, elle imagine un dispositif de ficelles suspendues qu'elle tisse autour de son corps. Les mouvements qu'elle impulse ensuite au filet créent une dynamique entre son corps, l'environnement et la matière elle-même dont le jeu de maillage construit une dialectique de tension et relâchement.

événements

dim 01 Nov
1
13h
Roman Signer, Projection en boucleCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Vers la flamme – Ein Konzert mit Störung (2014, 8'40'')

mar 03 Nov
2
18h
Foofwa d'Imobilité & Jonathan O'Hear, /Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Foofwa d'Imobilité conçoit ce projet comme une résidence, une occupation des espaces 24h/24h. Aux heures de fermeture du CCS, un moniteur vidéo retransmet en direct les actions dans la vitrine de la Librairie. Pour le chorégraphe, il s'agit de continuer un travail sur l'étirement du temps, pour Jonathan O'Hear (scénographe, proche collaborateur de Foofwa depuis 2009), c'est l'occasion d'expérimenter un travail sur les différentes phases de sommeil. /Inutile : Don Austérité 2 s'inscrit également dans une réflexion plus large sur Utile/Inutile ou comment, grâce à la pratique de la danse et de l'art, faire de l'inutilité et de la générosité des valeurs sociales indispensables.

mer 04 Nov
1
13h
San Keller, Je suis vos hommes (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Une performance exclusivement réservée aux femmes. Invitée spéciale : ma mère !
San Keller s'est fait connaître pour ses performances participatives et ses actions éphémères. Les relations entre l'art et la vie sont au cœur de sa pratique, envisagées de manière critique, conceptuelle ou ludique. Généralement ses actions sont établies sur la base de règles et de dispositions contractuelles clairement énoncées mais l'intervention du public rend le résultat toujours imprévisible. Pour cette création au CCS, il se met littéralement au lit et recueille le témoignage du public féminin sur les performances de leurs partenaires.

« Je suis couché dans un lit jusqu'à ce qu'une femme du public vienne prendre place sur un fauteuil de metteur en scène. Elle m'indique alors quelles activités exercer, dans ou hors du lit, selon ce que lui dicte le fruit de son imagination. Je m'exécute à l'aide d'une série d'objets mis spécialement à disposition par des hommes pour cette performance.

Après chaque échange, je danse sur une sélection de hits français de 1955 à nos jours. »

San Keller

2
13h
Foofwa d'Imobilité & Jonathan O'Hear, /Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Foofwa d'Imobilité conçoit ce projet comme une résidence, une occupation des espaces 24h/24h. Aux heures de fermeture du CCS, un moniteur vidéo retransmet en direct les actions dans la vitrine de la Librairie. Pour le chorégraphe, il s'agit de continuer un travail sur l'étirement du temps, pour Jonathan O'Hear (scénographe, proche collaborateur de Foofwa depuis 2009), c'est l'occasion d'expérimenter un travail sur les différentes phases de sommeil. /Inutile : Don Austérité 2 s'inscrit également dans une réflexion plus large sur Utile/Inutile ou comment, grâce à la pratique de la danse et de l'art, faire de l'inutilité et de la générosité des valeurs sociales indispensables.

jeu 05 Nov
2
13h
San Keller, Je suis vos hommes (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Une performance exclusivement réservée aux femmes. Invitée spéciale : ma mère !
San Keller s'est fait connaître pour ses performances participatives et ses actions éphémères. Les relations entre l'art et la vie sont au cœur de sa pratique, envisagées de manière critique, conceptuelle ou ludique. Généralement ses actions sont établies sur la base de règles et de dispositions contractuelles clairement énoncées mais l'intervention du public rend le résultat toujours imprévisible. Pour cette création au CCS, il se met littéralement au lit et recueille le témoignage du public féminin sur les performances de leurs partenaires.

« Je suis couché dans un lit jusqu'à ce qu'une femme du public vienne prendre place sur un fauteuil de metteur en scène. Elle m'indique alors quelles activités exercer, dans ou hors du lit, selon ce que lui dicte le fruit de son imagination. Je m'exécute à l'aide d'une série d'objets mis spécialement à disposition par des hommes pour cette performance.

Après chaque échange, je danse sur une sélection de hits français de 1955 à nos jours. »

San Keller

ven 06 Nov
1
13h
Foofwa d'Imobilité & Jonathan O'Hear, /Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Foofwa d'Imobilité conçoit ce projet comme une résidence, une occupation des espaces 24h/24h. Aux heures de fermeture du CCS, un moniteur vidéo retransmet en direct les actions dans la vitrine de la Librairie. Pour le chorégraphe, il s'agit de continuer un travail sur l'étirement du temps, pour Jonathan O'Hear (scénographe, proche collaborateur de Foofwa depuis 2009), c'est l'occasion d'expérimenter un travail sur les différentes phases de sommeil. /Inutile : Don Austérité 2 s'inscrit également dans une réflexion plus large sur Utile/Inutile ou comment, grâce à la pratique de la danse et de l'art, faire de l'inutilité et de la générosité des valeurs sociales indispensables.

2
13h
San Keller, Je suis vos hommes (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Une performance exclusivement réservée aux femmes. Invitée spéciale : ma mère !
San Keller s'est fait connaître pour ses performances participatives et ses actions éphémères. Les relations entre l'art et la vie sont au cœur de sa pratique, envisagées de manière critique, conceptuelle ou ludique. Généralement ses actions sont établies sur la base de règles et de dispositions contractuelles clairement énoncées mais l'intervention du public rend le résultat toujours imprévisible. Pour cette création au CCS, il se met littéralement au lit et recueille le témoignage du public féminin sur les performances de leurs partenaires.

« Je suis couché dans un lit jusqu'à ce qu'une femme du public vienne prendre place sur un fauteuil de metteur en scène. Elle m'indique alors quelles activités exercer, dans ou hors du lit, selon ce que lui dicte le fruit de son imagination. Je m'exécute à l'aide d'une série d'objets mis spécialement à disposition par des hommes pour cette performance.

Après chaque échange, je danse sur une sélection de hits français de 1955 à nos jours. »

San Keller

3
18h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

sam 07 Nov
1
13h
Foofwa d'Imobilité & Jonathan O'Hear, /Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Foofwa d'Imobilité conçoit ce projet comme une résidence, une occupation des espaces 24h/24h. Aux heures de fermeture du CCS, un moniteur vidéo retransmet en direct les actions dans la vitrine de la Librairie. Pour le chorégraphe, il s'agit de continuer un travail sur l'étirement du temps, pour Jonathan O'Hear (scénographe, proche collaborateur de Foofwa depuis 2009), c'est l'occasion d'expérimenter un travail sur les différentes phases de sommeil. /Inutile : Don Austérité 2 s'inscrit également dans une réflexion plus large sur Utile/Inutile ou comment, grâce à la pratique de la danse et de l'art, faire de l'inutilité et de la générosité des valeurs sociales indispensables.

2
13h
San Keller, Je suis vos hommes (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Une performance exclusivement réservée aux femmes. Invitée spéciale : ma mère !
San Keller s'est fait connaître pour ses performances participatives et ses actions éphémères. Les relations entre l'art et la vie sont au cœur de sa pratique, envisagées de manière critique, conceptuelle ou ludique. Généralement ses actions sont établies sur la base de règles et de dispositions contractuelles clairement énoncées mais l'intervention du public rend le résultat toujours imprévisible. Pour cette création au CCS, il se met littéralement au lit et recueille le témoignage du public féminin sur les performances de leurs partenaires.

« Je suis couché dans un lit jusqu'à ce qu'une femme du public vienne prendre place sur un fauteuil de metteur en scène. Elle m'indique alors quelles activités exercer, dans ou hors du lit, selon ce que lui dicte le fruit de son imagination. Je m'exécute à l'aide d'une série d'objets mis spécialement à disposition par des hommes pour cette performance.

Après chaque échange, je danse sur une sélection de hits français de 1955 à nos jours. »

San Keller

3
16h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

dim 08 Nov
1
13h
Foofwa d'Imobilité & Jonathan O'Hear, /Inutile : Don Austérité 2 (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Foofwa d'Imobilité conçoit ce projet comme une résidence, une occupation des espaces 24h/24h. Aux heures de fermeture du CCS, un moniteur vidéo retransmet en direct les actions dans la vitrine de la Librairie. Pour le chorégraphe, il s'agit de continuer un travail sur l'étirement du temps, pour Jonathan O'Hear (scénographe, proche collaborateur de Foofwa depuis 2009), c'est l'occasion d'expérimenter un travail sur les différentes phases de sommeil. /Inutile : Don Austérité 2 s'inscrit également dans une réflexion plus large sur Utile/Inutile ou comment, grâce à la pratique de la danse et de l'art, faire de l'inutilité et de la générosité des valeurs sociales indispensables.

2
13h
San Keller, Je suis vos hommes (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Une performance exclusivement réservée aux femmes. Invitée spéciale : ma mère !
San Keller s'est fait connaître pour ses performances participatives et ses actions éphémères. Les relations entre l'art et la vie sont au cœur de sa pratique, envisagées de manière critique, conceptuelle ou ludique. Généralement ses actions sont établies sur la base de règles et de dispositions contractuelles clairement énoncées mais l'intervention du public rend le résultat toujours imprévisible. Pour cette création au CCS, il se met littéralement au lit et recueille le témoignage du public féminin sur les performances de leurs partenaires.

« Je suis couché dans un lit jusqu'à ce qu'une femme du public vienne prendre place sur un fauteuil de metteur en scène. Elle m'indique alors quelles activités exercer, dans ou hors du lit, selon ce que lui dicte le fruit de son imagination. Je m'exécute à l'aide d'une série d'objets mis spécialement à disposition par des hommes pour cette performance.

Après chaque échange, je danse sur une sélection de hits français de 1955 à nos jours. »

San Keller

3
13h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

mar 10 Nov
2
18h
Urs Lüthi, PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Opening Performance Diagramma, Milano (1972) impression pigmentaire
This is About You, Roma (1973) impression pigmentaire
Mille Rose rosse, Milano (1974) impression pigmentaire
Performance Firenze, the /one/y Saxophone (1974) impression pigmentaire
L'artiste est dans la Cave, Genève (1974) impression pigmentaire
Napoli Performance (1975) impression pigmentaire
Bologna Performance (1975) impression pigmentaire

mer 11 Nov
1
13h
Urs Lüthi, PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
jeu 12 Nov
1
13h
Urs Lüthi, PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
ven 13 Nov
1
13h
Urs Lüthi, PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
sam 14 Nov
1
13h
Urs Lüthi, PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
dim 15 Nov
1
13h
Urs Lüthi, PHOTOGRAPHIES DE PERFORMANCESCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
mar 17 Nov
2
18h
Christian Marclay, Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

3
19h30
François Gremaud – 2b company, Conférence de choses (2014)Bibliothèque historique de la Ville de Parisr+33 1 44 59 29 40

Episode 1

Conférence de choses est une déambulation au cœur du savoir encyclopédique participatif contemporain, révélant à la fois les vastes étendues qu’il recouvre et quelques-uns des improbables chemins qui le traversent. Pierre Mifsud – sorte de Pécuchet contemporain – arrive dans un espace, salue l’audience et, de lien en lien, de sujet en sujet, de rebond en rebond, du bison à la Reine Margot, de Descartes au bonbon Haribo, ne s’arrête plus de parler. Le texte écrit laisse la place à des improvisations liées au contexte de la représentation/performance.

 

Localiser les lieux de la tournée

4
20h
Christian Marclay, Ephemera (2009)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Interprété par le pianiste Jacques Demierre.
Ephemera est le résultat de l’accumulation, après de longues années, de notations éclectiques et musicales, glanées çà et là dans diverses publicités, illustrations, menus, etc. Ces éphéméras ont été assemblés, puis photographiés et reproduits en une suite de 28 folios. À partir de cet ensemble de motifs imprimés, Christian Marclay a créé une partition musicale du même nom, destinée à être jouée par des musiciens professionnels.

5
20h
Christian Marclay, Shuffle (2007)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Interprété par la harpiste Hélène Breschand.
Shuffle est un livre qui prend la forme d'un paquet géant de jeu de cartes, sur chaque carte est reproduite une photographie différente. A la fois boîte Fluxus, composition aléatoire de John Cage ou jeu de contruction de Charles et Ray Eames, les cartes proposent une expérience visuelle mais sont également destinées à être jouées telle une partition. L'ensemble comprend également des explications et instructions de la part de l'artiste.

mer 18 Nov
1
13h
Christian Marclay, Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

3
20h
Christian Marclay, Annulé ! Simultaneous Duo Version (2014)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50
4
20h
Christian Marclay, Concert improviséCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Avec Christian Marclay, Hélène Breschand, Jacques Demierre

jeu 19 Nov
1
13h
Christian Marclay, Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

ven 20 Nov
1
13h
Christian Marclay, Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

3
18h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

sam 21 Nov
1
13h
Christian Marclay, Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

2
18h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

dim 22 Nov
1
13h
Christian Marclay, Gestures (1999)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation vidéo

2
16h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

lun 23 Nov
mar 24 Nov
2
19h
Katja Schenker, PERFORMANCE : Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le travail de Katja Schenker s'articule autour de la performance et de la sculpture. Ses projets interrogent des notions existentielles: la relation entre l'intérieur et l'extérieur, le Moi et les autres, la perméabilité et l'appartenance. Pour le CCS, elle imagine un dispositif de ficelles suspendues qu'elle tisse autour de son corps. Les mouvements qu'elle impulse ensuite au filet créent une dynamique entre son corps, l'environnement et la matière elle-même dont le jeu de maillage construit une dialectique de tension et relâchement. Au terme de la performance, le filet devient une installation à voir jusqu'à la prochaine et dernière performance du dimanche 29 novembre.

mer 25 Nov
1
13h
Katja Schenker, Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation et vidéo résultant de la performance du 24 novembre

3
20h
Peter Fischli David Weiss, Der Lauf der Dinge (1986–1987)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Soirée autour de Der Lauf der Dinge dont la première version était présentée à l'ouverture du CCS en 1985.
Discussion entre Peter Fischli et Philippe Quesne (metteur en scène et directeur du théâtre Nanterre-Amandiers) à propos du film, de ses enjeux, de ses suites et sur la question de la réaction en chaîne dans l'art et la culture populaire et projections de vidéos relatives à Der Lauf der Dinge.

jeu 26 Nov
1
13h
Katja Schenker, Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation et vidéo résultant de la performance du 24 novembre

2
20h
François Gremaud – 2b company, Conférence de choses (2014)Le Balr+33 1 44 70 75 50

Episode 8

ven 27 Nov
1
13h
Katja Schenker, Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation et vidéo résultant de la performance du 24 novembre

sam 28 Nov
1
13h
Katja Schenker, Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation et vidéo résultant de la performance du 24 novembre

dim 29 Nov
1
13h
Katja Schenker, Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Installation et vidéo résultant de la performance du 24 novembre

2
16h
Katja Schenker, PERFORMANCE : Peau articulée (création)Centre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Le travail de Katja Schenker s'articule autour de la performance et de la sculpture. Ses projets interrogent des notions existentielles : la relation entre l'intérieur et l'extérieur, le Moi et les autres, la perméabilité et l'appartenance. Pour le CCS, elle imagine un dispositif de ficelles suspendues qu'elle tisse autour de son corps. Les mouvements qu'elle impulse ensuite au filet créent une dynamique entre son corps, l'environnement et la matière elle-même dont le jeu de maillage construit une dialectique de tension et relâchement.

3
18h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

exposition

En 2015, le Centre culturel suisse fête ses 30 ans !

Pour célébrer cet anniversaire, en plus d’un livre retraçant 30 ans d’histoire, le CCS a imaginé un projet consacré à la performance, médium aux multiples définitions et aux confins de plusieurs disciplines. PerformanceProcess propose une approche subjective de la performance en Suisse de 1960 à 2015, à travers les oeuvres de 46 artistes, compagnies ou groupes. Une exposition d’une centaine d’oeuvres, douze focus monographiques de cinq jours, plus de quarante « performances » jouées dans les espaces du CCS ou dans onze lieux partenaires à Paris, un colloque, une scénographie réalisée par les architectes Bureau A et un site web conçu par le graphiste Ludovic Balland, composent ce projet hors normes que nous vous invitons à découvrir tout au long de l’automne !

décembre 2015

colloque

accueil des participants et du public dès 10h30

Dans le cade de PerformanceProcess, exposition-festival qui propose une approche de la performance en Suisse de 1960 à 2015 (18.09.-13.12.2015), le Centre culturel suisse présente le colloque La performance en questions, le samedi 5 décembre de 11h à 19h30

sam 05 Dec
1
11h
Olivier Kaeser & Jean-Paul FelleyCentre culturel suisser+33 1 42 71 44 50
2
11h45
Sybille Omlin
3
12h30
Sabine Gebhardt-Fink (en anglais)
4
14h15
Eric Mangion
5
15h
Rachel Withers (en anglais)
6
16h
Esther Ferrer
7
16h45
Bernard Blistène
8
17h45
Table ronde

Table ronde modérée par Laurent Goumarre, avec tous les intervenants

9
19h15
Apéritif

focus

Manon

au centre culturel suisse

Pionnière de l'installation et de la performance, elle a très vite abordé les questions d'identité et de genre, mettant en scène son propre corps comme matériau principal de son travail. Avec ses performances, elle explore le désir, l'esthétique SM, les stéréotypes, le face à face ou simplement la présence.

jeu 01 Jan
1
01h
mar 01 Dec
2
18h
ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)
Manon questionne radicalement la construction de l'identité de son propre corps et des stéréotypes sexuels, comme en atteste son fameux livre/manifeste On Manon 74–77. Ces éléments sont au coeur de Manon Presents Man, une performance au cours de laquelle sept hommes évoluent tel un tableau vivant dans la vitrine d'un magasin à Zurich. Inspiré par le quartier rouge d’Amsterdam, ce dispositif fait des hommes à leurs tours des objets de désir (habillés et mis en scène par l'artiste) mais tend surtout un miroir à Manon elle-même qui incarne la somme de ces fantasmes : le barbu en manteau de cuir (Steppenwolf), l'homme en uniforme (SS Bösch), le dandy (Dorian Gray de Castelberg), le travesti (Juicy Lucy), le garçon au t-shirt « Manomania » (The Great Blondino).

mer 02 Dec
1
13h
ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)

jeu 03 Dec
1
13h
ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)

ven 04 Dec
1
13h
ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)

dim 06 Dec
1
13h
ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976) 

Gianni Motti

au centre culturel suisse

C'est l'artiste qui est au bon moment au mauvais endroit. La dimension performative est très présente dans son travail, que ce soit quand il crée lui-même la situation qui fait l'œuvre, ou quand il crée une situation en impliquant d'autres personnes.

jeu 01 Jan
1
01h
2
01h
3
01h
mar 08 Dec
2
18h
Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

3
18h
performanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)
Avec le soutien de l’Opéra de Fribourg pour le prêt des costumes de Carlotta ou la Vaticane.

mer 09 Dec
1
13h
Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

jeu 10 Dec
1
13h
Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
ven 11 Dec
1
17h
PerformanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)

2
18h
Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

sam 12 Dec
1
13h
Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50
2
13h
PerformanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)

dim 13 Dec
1
13h
Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

2
13h
PerformanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)

événements

mar 01 Dec
2
18h
Manon, ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)
Manon questionne radicalement la construction de l'identité de son propre corps et des stéréotypes sexuels, comme en atteste son fameux livre/manifeste On Manon 74–77. Ces éléments sont au coeur de Manon Presents Man, une performance au cours de laquelle sept hommes évoluent tel un tableau vivant dans la vitrine d'un magasin à Zurich. Inspiré par le quartier rouge d’Amsterdam, ce dispositif fait des hommes à leurs tours des objets de désir (habillés et mis en scène par l'artiste) mais tend surtout un miroir à Manon elle-même qui incarne la somme de ces fantasmes : le barbu en manteau de cuir (Steppenwolf), l'homme en uniforme (SS Bösch), le dandy (Dorian Gray de Castelberg), le travesti (Juicy Lucy), le garçon au t-shirt « Manomania » (The Great Blondino).

mer 02 Dec
1
13h
Manon, ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)

jeu 03 Dec
1
13h
Manon, ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)

ven 04 Dec
1
13h
Manon, ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976)

sam 05 Dec
1
11h
Colloque

Dans le cade de PerformanceProcess, exposition-festival qui propose une approche de la performance en Suisse de 1960 à 2015 (18.09.-13.12.2015), le Centre culturel suisse présente le colloque La performance en questions, le samedi 5 décembre de 11h à 19h30

dim 06 Dec
1
13h
Manon, ProjectionCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Manon Presents Man (1976) 

mar 08 Dec
1
18h
Gianni Motti, performanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)
Avec le soutien de l’Opéra de Fribourg pour le prêt des costumes de Carlotta ou la Vaticane.

3
18h
Gianni Motti, Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

mer 09 Dec
2
18h30
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

jeu 10 Dec
1
13h
Gianni Motti, Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

2
15h
Martina-Sofie Wildberger, RE- (recréation)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Martina-Sofie Wildberger cherche à donner une forme au texte dans l'espace et ainsi thématiser l'aspect politique de l'expression poétique. Elle se concentre sur la composante sonore du texte parlé, comme matière première, et la déploie en français, en allemand et en suisse-allemand, comme terrains d'émergence du sens.

3
20h
Schick / Gremaud / Pavillon, 40 minutes (création)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Money is time. Voilà l'idée sur laquelle est construit X minutes, spectacle évolutif sous-titré comédie durable. Soit une machine de production théâtrale lancée sur un principe purement commercial, sans aucune indication esthétique ni aucune précision de contenu a priori. Le trio Schick/Gremaud/Pavillon vend à qui la veut une tranche de 5 minutes de spectacle, en précisant que les différentes tranches achetées par différents théâtres ou festivals sont cumulatives. Le CCS est le huitième lieu à accueillir le projet, il a acheté les minutes 35 à 40 : le spectacle s'appelle donc 40 MINUTES, et il reprend les 35 minutes déjà créées ailleurs en y ajoutant une nouvelle tranche, spécialement élaborée à et pour le CCS. La démarche est conceptuelle. Elle s’accompagne de quelques règles du jeu, purement formelles, par exemple : chaque tranche de 5 minutes est jouée dans la langue ou en relation avec la langue de l'endroit où elle a été créée ; chaque acheteur offre un objet à introduire sur le plateau.

ven 11 Dec
1
17h
Gianni Motti, PerformanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)

2
18h
Gianni Motti, Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

sam 12 Dec
1
13h
Gianni Motti, PerformanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)

2
13h
Gianni Motti, Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

dim 13 Dec
1
13h
Gianni Motti, PerformanceCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

Guardie Svizzere (2015)

2
13h
Gianni Motti, Installation et sculptureCentre culturel suisse+33 1 42 71 44 50

The Big Illusion (1994–2014, 60'), installation vidéo
En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets. Ces six vidéos montrent le duo en exercice : l’artiste se fait découper en rondelles, transpercer par une herse, flamber la tête, disloquer le corps jusqu’à flotter dans les airs, sans aucun effort.


First Step in Belgium (2010), sculpture en bronze 
Gianni Motti n’avait jamais foulé le sol belge. Pour son exposition à Bruxelles en 2010, Motti ne verse pas dans la surenchère : chez D+T PROJECT il expose une seule dalle marquée de l’empreinte de son premier pas en Belgique, sobrement intitulée First Step in Belgium, les galeristes l’ayant attendu à l’aéroport avec un bac de ciment pour immortaliser l’évènement.

exposition

En 2015, le Centre culturel suisse fête ses 30 ans !

Pour célébrer cet anniversaire, en plus d’un livre retraçant 30 ans d’histoire, le CCS a imaginé un projet consacré à la performance, médium aux multiples définitions et aux confins de plusieurs disciplines. PerformanceProcess propose une approche subjective de la performance en Suisse de 1960 à 2015, à travers les oeuvres de 46 artistes, compagnies ou groupes. Une exposition d’une centaine d’oeuvres, douze focus monographiques de cinq jours, plus de quarante « performances » jouées dans les espaces du CCS ou dans onze lieux partenaires à Paris, un colloque, une scénographie réalisée par les architectes Bureau A et un site web conçu par le graphiste Ludovic Balland, composent ce projet hors normes que nous vous invitons à découvrir tout au long de l’automne !