close

Peter Fischli David WeissFiche artiste 8/46

focus

événements

au centre culturel suisse

Ils sont probablement les artistes suisses actuels les plus célèbres dans le monde. En 1985, ils faisaient l'exposition inaugurale du CCS, et en 2016, ils auront une grande rétrospective au Guggenheim Museum à New York. Leur travail aborde autant le quotidien que les questions existentielles.

mer 25 Nov
1
20h
Der Lauf der Dinge (1986–1987)Centre culturel suisser+33 1 42 71 44 50

Soirée autour de Der Lauf der Dinge dont la première version était présentée à l'ouverture du CCS en 1985.
Discussion entre Peter Fischli et Philippe Quesne (metteur en scène et directeur du théâtre Nanterre-Amandiers) à propos du film, de ses enjeux, de ses suites et sur la question de la réaction en chaîne dans l'art et la culture populaire et projections de vidéos relatives à Der Lauf der Dinge.

exposition

au centre culturel suisse

Ils sont probablement les artistes suisses actuels les plus célèbres dans le monde. En 1985, ils faisaient l'exposition inaugurale du CCS, et en 2016, ils auront une grande rétrospective au Guggenheim Museum à New York. Leur travail aborde autant le quotidien que les questions existentielles.

Making things go (1985–2006, 71'27'')

Vidéo couleur, son, courtesy galerie Eva Presenhuber, Zurich

extraball

colloque

+

Notice biographique

bibliographie

interview

images

videos

textes

Quand la réaction en chaîne devient art

Le duo helvétique a créé la vidéo d'art considérée comme la plus célèbre. ...

Le duo helvétique a créé la vidéo d'art considérée comme la plus célèbre.

Vidéo iconique de la pratique de Peter Fischli David Weiss, Der Lauf der Dinge (Le cours des choses), poursuit le travail autour de l'équilibre que le duo zurichois a débuté en photographie dès 1984, avec la série Stiller Nachmittag (Après-midi tranquille), où des objets du quotidien sont disposés en compositions étranges en vue de trouver un équilibre. Le film Der Lauf der Dinge propose quant à lui de suivre le déséquilibre constant d'une réaction en chaîne, propre à l'effet domino, de toute une série d'objets issus de l'atelier et du quotidien des artistes. Il s'agit à la fois d'une métaphore ironique de la vie et de l'éventuelle carrière des artistes elle-même.

Filmé en donnant le sentiment d'un long plan séquence, avec parfois l'aide de transitions en fondu enchaîné sur un gros plan à la manière de Rope d'Alfred Hitchcock, le film simule le temps continu et propose de découvrir le déroulement sans artifice, si ce n'est l'ingéniosité des actions-réactions. En plus des objets, des réactions chimiques et des mises à feu viennent déclencher certains effets. Des nuages de fumigènes virevoltent.

Précédemment, le duo avait réalisé Skizze zu der Lauf der Dinge, une brève esquisse du film en 8 mm, présentée dans l'exposition inaugurale du CCS, en 1985. Cet essai est aussi documenté dans le « making of » Der Lauf der Dinge : In der Werkstatt (dans l'atelier) (1985–2006). Après sa sortie en 1987, le film a inspiré de nombreux projets, tant dans le domaine de l'art que dans celui de la culture populaire.

 

Denis Pernet, commissaire d'exposition.

liens