close

Heidi BucherFiche artiste 3/46

focus

événements

exposition

Au centre culturel suisse

Ses œuvres les plus emblématiques sont ses « chambres-peaux », réalisées en appliquant du latex liquide mélangé à de la gaze sur les surfaces d'une chambre, puis arrachées et présentées comme sculptures. La notion de peau l'a préoccupe déjà avec les vêtements/sculptures souples activés par des corps dans la performance Bodyshells.

Bodyshells (1972, 3')

Sur une plage à Los Angeles, une étrange danse de quatre sculptures molles, qui bougent et changent de formes. Ces « figures », qui peuvent évoquer des animaux marins, des fusées miniatures ou des légumes géants, sont réalisées en caoutchouc-mousse et mise en mouvement par l'artiste et sa famille.

extraball

colloque

+

Notice biographique

bibliographie

interview

images

videos

textes

Fleur de peau

Avant de réaliser ses « chambres-peaux », Heidi Bucher a conçu des « sculptures à danser », des sortes de peaux/vêtements à activer. ...

Avant de réaliser ses « chambres-peaux », Heidi Bucher a conçu des « sculptures à danser », des sortes de peaux/vêtements à activer.

Venice Beach, Los Angeles, 1972. Sur le sable, une étrange danse de quatre sculptures molles, qui non seulement bougent, mais changent aussi de formes. Ces « figures » peuvent évoquer des animaux marins, des fusées miniatures ou des légumes géants. Elles s'intitulent Bodyshells et sont réalisées en caoutchouc-mousse dont l'enveloppe est frottée de nacre. Elles sont mises en mouvement par les quatre membres de la famille Bucher : Heidi et Carl, artistes, et leurs enfants Mayo et Indigo. Cette performance, filmée par Mary Kahlenberg, a abouti à une vidéo poétique et troublante, d'une puissante plasticité. Heidi Bucher est avant tout sculptrice, et son travail est intimement lié à l'idée de peau, dans un sens large. Bodyshells, ce sont des figures-sculptures mises en mouvement par des corps qui se glissent à l'intérieur. On peut donc les considérer comme une peau surdimensionnée, un vêtement géant ou une micro-architecture individuelle. Par la suite, Heidi Bucher réalisera des oeuvres à partir de vêtements enduits de latex, puis ce sera ses fameuses chambres-peaux, obtenues en appliquant du latex liquide mélangé à de la gaze sur toutes les surfaces d'une pièce dans une maison, voire d'une façade de bâtiment. Le passage de l'intervention in situ à la sculpture se fait par l'arrachement, activité très physique que l'artiste a régulièrement pris soin de faire documenter, par des photographies ou des films. Ces documents tendent à indiquer que l'oeuvre-objet n'est que l'aboutissement d'un processus performatif, qui apparaît aussi dans la série de photographies réalisées par Jan Jedlika lors d'une « installation chorégraphiée », dans l'excavation d'un chantier voisin, des chambres-peaux extraites de la Ahnenhaus (la maison familiale) à Winterthour.

 

CCS

liens